La chambre des visiteurs

rouen normandie
Edition 2023 : Vous avez dit « étrange » ?

La chambre des visiteurs

Votez pour vos œuvres préférées jusqu’au 7 janvier 2024 et venez les découvrir au Musée Flaubert et Histoire de la médecine à partir du 18 mai 2024 à l’occasion de la Nuit des Musées.

Plongez dans vos réserves personnelles !

Vous avez bien, à la maison, un objet insolite qui vous a toujours intrigué ou dont l’histoire est des plus «étranges» ?! Et si vous lui donniez un éclairage nouveau en le faisant intégrer cette exposition temporaire ? La Réunion des musées Métropolitains ouvre une collecte d’objets personnels.

N’hésitez pas à nous adresser vos photos sur
publics1@musees-rouen-normandie.fr

La sélection sera réalisée après la fin des votes, et nous vous recontacterons en février 2024.

Portrait-charge de Jean-Jacques-Régis de Cambacérès

Menton proéminent ou inexistant, nez crochu ou en patate, œil grand ouvert ou caché sous un sourcil fourni, ces deux portraits dessinés par François-André Vincent ne font aucun cadeau ! Mais n’est-ce point le but des caricatures que d’accentuer quelques traits jusqu’à faire paraître difforme le portraituré ? ici Jean-Jacques-Régis de Cambacérès homme politique représenté de profil en prend ainsi pour son grade !

Portrait-charge de René-André-Polydore Alissan de Chazet

Dans une annotation située au bas de la feuille, le peintre et portraitiste Jacques Sablet qualifie ce dessin de « portrait-charge », c’est-à-dire un portrait burlesque où les défauts du modèle sont accentués. Pourtant, cette représentation élégante du romancier français René de Chazet semble bien éloignée de la caricature. Se pourrait-il qu’il n’ait eu aucun défaut ?

Dispute de poireaux dans un intérieur bourgeois

Monsieur poireaute, espérant ne pas prendre racine. Madame, tout à son désespoir, effondrée sur son siège, pleure la tête entre les mains. Quelle est la raison de cette dispute ? Le dessinateur se moque des altercations de cet étrange couple qu’il installe dans un intérieur bourgeois. Mais pourquoi les représenter sous forme de poireaux, et qui plus est, cul par-dessus tête ?

Lettre ornée de Louise Abbéma, Soins maternels !

À qui donc l’artiste Louise Abbéma adresse-t-elle cette curieuse missive ? Malade, cette dernière relate à un proche les soins prodigués (imposés) par « son bourreau ». Mais son rhume ne lui a pas ôté son sens de l’humour, elle signe « ton amie Bronchito » et illustre avec dérision les traitements qu’elle subit afin de guérir !

Personnage fantastique

Ces dessins à l’allure moderne présentent des personnages insolites dont un seul est présenté ici (les autres se cachent…) : chauve-souris sur jambes, éléphant élancé ou encore personnages volants masqués. Ils datent pourtant du 19e siècle ! Cette imagination saugrenue est celle d’Armand Du Mesnil. Employé au ministère de l’Instruction publique, il est également écrivain et côtoie à Paris de nombreux artistes.

Couperet de guillotine

Il s’agit du couperet de la guillotine de la Seine-Inférieure utilisé au 19e siècle. À Rouen, les exécutions publiques ont lieu place du Vieux-Marché jusqu’en 1836. Elles se déroulent ensuite place Bonne-Nouvelle, là où se dresse l’actuelle prison de Rouen. Ce n’est qu’en 1939 que les exécutions capitales n’ont plus lieu en public. En 1981, la loi française abolit la peine de mort.